Le financement de l’innovation dans les PME et ETI, base de notre souveraineté future

En France, 51% de la valeur ajoutée est générée par les PME et les ETI. Notre CEO, Benjamin GRANGE, s’est de nouveau vu offrir de s’exprimer sur le sujet dans les pages Lettre de la Souveraineté du MEDEF. Il revient plus longuement sur le financement de l’innovation dans les PME et ETI, la base de notre souveraineté future !

Retrouvez l’intégralité de l’analyse de Benjamin Grange dans La Lettre M ou sur notre site ci-dessous :

Lire plus

Les Républicains : les sympathisants pour une alliance

Pour présenter le baromètre politique de ce mois, Mascaret (anciennement Dentsu Consulting) était invité dans #SensPublic, l’émission de Public Sénat présentée par Thomas HUGUES. Benjamin GRANGE a pu présenter notre analyse des #réseauxsociaux face aux invités du plateau : Gael Sliman, président d’ODOXA, Pascal Perrineau, professeur à Sciences Po, Laetitia Krupa, éditorialiste pour Public Sénat, et béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote. Retour sur la situation chez Les Républicains et Europe Écologie Les Verts !

#consulting #politique #france #LR #EELV #transparence

Lire plus

Un personnel politique en difficulté

Yves CENSI, Senior Partner de Mascaret (anciennement Dentsu Consulting), est intervenu dans Sens Public, l’émission de Public Sénat présentée par Thomas HUGUES. Cette semaine, un personnel politique en difficulté face à la conjoncture actuelle ! 📉

« Sur les réseaux sociaux, l’expression est avant tout émotionnelle. Ce que l’on a noté dans le dernier mois, c’est une période particulièrement difficile pour l’ensemble du personnel politique, du gouvernement comme de l’opposition. Les sujets du moment sont des sujets durs, impactants pour les Français : climat, coût de la vie, conflits, polémiques, etc. On voit dès lors monter une colère forte, qui naît d’une inadéquation entre les discours politiques et les réponses attendues par les citoyens. Celle-ci prend la forme de la raillerie, et le résultat, c’est une montée des intervenants anti-systèmes. »

Retrouvez l’ensemble de l’intervention d’Yves Censi sur notre site web ou en cliquant sur le lien ci-dessous.

Lire plus

La voiture électrique est-elle vraiment attractive auprès des Français ?

Pour faire suite à la publication de notre Baromètre de l’Innovation de ce mois d’octobre sur la voiture électrique, Benjamin GRANGE était sur le plateau de BFMTV pour approfondir l’analyse de nos résultats.

« Quand les Français parlent de voitures électriques, ce n’est pas un sujet comme les autres. C’est un sujet émotionnel, éminemment lié à la liberté. Aujourd’hui quand on les écoute sur les réseaux sociaux, c’est très clair : la voiture électrique, c’est formidable, mais seulement quand on est urbain ou péri-urbain. Quand on fait des longues distances, on n’y est pas du tout. Bornes, autonomie, etc. le constat est clair.

La question qui monte en ce moment en lien avec cette dynamique, et qui est liée à la conjoncture, c’est : « que vaut-il mieux acheter ? ». Les Français en parlent beaucoup : l’essence – en aura-t-on très longtemps – ou l’électrique – et ses coûts en hausse. Et comme pour d’autres sujets de mobilité (voiture électrique, trottinette électrique par exemple), la division est très profondément générationnelle : les moins de 35 ans ont des perceptions beaucoup plus positives de ces sujets et de leurs thématiques (usages, écologie, investissement) et ça influe largement sur les prises de position et les politiques publiques. »

Vous pouvez retrouver ci-dessous l’ensemble des interventions de Benjamin GRANGE sur le plateau de Tech & Co de BFM Business, présenté par Frédéric Simottel, aux côtés de nos partenaires Emile Leclerc d’ODOXA et Fabrice Catala pour Kea & Partners.

CLIQUEZ ICI POUR VOIR L’INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW.

Lire plus

La crise énergétique affole les réseaux

Yves CENSI, senior partner de Mascaret (anciennement Dentsu Consulting), était présent sur le plateau de Tech & Co, l’émission de BFM, pour présenter les résultats de notre baromètre innovation en collaboration avec ODOXA. Retrouvez le détail de nos analyses, ce mois-ci au sujet de la perception de la crise énergétique par les Français :

La crise énergétique affole les réseaux

Avec la fin de l’été et la baisse des températures, le spectre d’un hiver sans chauffage s’est emparé des réseaux. Sur les 13 derniers mois, on a vu un demi-million de mentions et plus de sept millions d’engagements sur le sujet de la crise énergétique. Des taux qui n’ont rien d’extraordinaire. Cependant, la moitié de ces volumes se sont faits depuis le 15 août dernier !

C’est donc une véritable explosion de conversations et débats qu’on observe : une augmentation de 500% qui trahit l’inquiétude des Français. En effet, lorsqu’on observe le détail de ces publications, on découvre que la majorité (50,6%) de ces contenus sont négatifs. C’est un taux particulièrement élevé qui n’est égalé que par d’autres moments de crises majeures : hausse des prix de l’essence, polémiques politiques…

Les Français se sentent peu en confiance

Les débats sont d’autant plus enflammés qu’ils touchent les internautes au plus près. Comme tous ont conscience des causes globales de cette situation, nombreux sont ceux qui cherchent à reprendre le contrôle de cet état de fait. Le personnel politique occupe normalement ce rôle, mais lorsque celui-ci s’exprime sur le sujet, il n’est pas le plus écouté ou relayé. Les rares moments où le public s’empare de leurs messages, c’est pour les critiquer. Notamment les annonces gouvernementales offrant des conseils de réduction de la consommation énergétique : celles-ci sont très mal reçues par les internautes, qui se sentent culpabilisés. La polémique autour des jets privés en fait foi : avec une hausse de 300% des volumes depuis cet été, largement négatifs également, il s’agit d’une expression symbolique du mal-être des Français

CLIQUEZ ICI POUR VISIONNER L’INTERVENTION D’YVES CENSI.

Lire plus

Climat : la tech suscite l’espoir des Français

La technologie face au réchauffement du climat : quelle est la position des Français ? Retrouvez la réponse d’Yves CENSI dans son intégralité à l’occasion de la publication du replay sur BFMTV !
 
Confrontée à la menace des changements du climat, l’#innovation est l’un des principaux leviers de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Qu’il s’agisse d’énergie renouvelable, de voitures électriques ou de toutes les formes d’efficacité énergétique, les #technologies à faibles émissions de carbone couvrent un large éventail de secteurs. Celles-ci offrent ainsi plus d’espoir aux populations qui ont confiance en la tech verte pour répondre aux défis de la transition climatique et énergétique.  
 
Comme chaque mois, Mascaret (anciennement Dentsu Consulting) avec ses partenaires ODOXA et Leyton, présentent un baromètre politique analysant l’opinion des Français sur l’un des sujets phares du débat public. Dans cette étude on apprend que les Français attentent beaucoup du monde de l’innovation et de la tech. Pour 72% des interrogés – soit 5% de plus qu’il y a deux ans – des progrès technologiques ont été réalisés. C’est sans aucun doute l’un des sujets les moins polémiques et les moins clivants en France. 

Yves CENSI, Senior Partner Mascaret, Emile Leclerc, directeur d’études chez ODOXA et Alexandre Charles Touret, directeur marketing pour Leyton France, ont abordé le thème « Climat : la tech suscite l’espoir des Français » dans l’émission Tech & Co Business présentée par Frédéric Simottel.
 

CLIQUEZ ICI

Lire plus

Sens public : l’Exécutif dévisse / Coalition, la France peut-elle s’y mettre ?

Benjamin GRANGE, senior partner de Mascaret (anciennement Dentsu Consulting), était présent sur le plateau de Sens Public de LCP-Assemblée nationale pour présenter les résultats de notre baromètre politique en collaboration avec ODOXA.

Ce mois-ci, nous nous penchons sur les deux principales leçons du sondage : un couple exécutif en difficulté d’un côté, et une poussée du RN et de la NUPES de l’autre. Que retenir de ce mois de juin riche en événements politiques ? Notre classe politique peut-elle apprendre l’art du compromis et de la coalition ? Comment concilier majorités relatives et stabilité politique ?

Toutes ces questions et bien d’autres sont analysées par un panel d’expert venu à Sens Public, dont Gael Sliman, président d’Odoxa, Mathieu Souquière, essayiste, Martin-Genier Patrick et Claire Chartier, journaliste et essayiste. Retrouvez l’ensemble de l’étude sur notre site !

Lire plus

Pas d’état de grâce pour Emmanuel Macron…

À peine quelques semaines après sa réélection, le sondage d’opinion Odoxa – Mascaret pour Public Sénat révèle un recul de sa côte d’approbation.

En effet, à la même période il y a 4 ans, le président bénéficiait d’un taux de 58%. Au lendemain de sa réélection, une récente enquête d’opinion dévoile que seul 44% des Français estiment qu’Emmanuel Macron est un bon président.
 
Qu’est ce qui explique le recul du président dans les sondages ? Quelles en sont les conséquences ? Par ailleurs, que pensent les Français du gouvernement Borne ? Et que nous apprend le sondage Odoxa-Mascaret sur l’état du paysage politique Français de manière plus globale ?
 
Benjamin GRANGE de Mascaret apporte des éclairages à ces questions au cours de l’émission Sens Public. Étaient également présents sur le plateau :

Mélanie VOGEL, Sénatrice écologiste représentant les Français de l’étranger,
Alexia Germont, Présidente du cercle de réflexion France Audacieuse,
Pablo Pillaud-Vivien, Responsable éditorial de la revue Regards,
Lestrohan Erwan, Directeur conseil à l’institut de sondages ODOXA,
Giulia Foïs, journaliste pour France Inter,
PROKHORIS SABINE, Philosophe et psychanalyste.
L’émission est présentée par Thomas HUGUES.
 
« On voit les signaux faibles d’un mouvant qui monte », note Benjamin Grange, « au tour du mécontentement sur l’état du pouvoir d’achat » tandis qu’Erwan Lestrohan souligne : « Avec ce nouveau gouvernement, les Français attendaient le changement dans la continuité. Là ils voient bien la continuité, mais pas le changement ». La conclusion revient à Mélanie Vogel : « le président Macron n’a pas fixé un cap pour son quinquennat après sa victoire, aujourd’hui les français se demandent que sera le roman nation ces 5 ans ».
 
Alors que la France attend les législatives pour avoir plus de visibilité sur le paysage politique, ce grand moment d’incertitude charrie énormément de questionnement sur l’avenir du pays. 

Retrouvez l’émission intégrale en suivant ce lien !

Lire plus

Elon Musk achète Twitter ?

Quel serait l’impact de l’acquisition de Twitter par Elon Musk sur la liberté d’expression ? Dans un contexte marqué par des inquiétudes croissantes quant à l’influence des médias sociaux sur la société, le potentiel d’observer, si Elon Musk achète Twitter, si cela peut alimenter d’avantage les débats sur la place qu’occupent les médias sociaux dans le paysage médiatique.
 
Benjamin GRANGE, président de Mascaret (anciennement Dentsu Consulting), Emile Leclerc, directeur d’études chez ODOXA, et Teoman Atamyan, directeur Innovation de Leyton se sont penchés sur le potentiel rachat de Twitter par Elon Musk. Revoyez l’émission 01 Business de BFM Business, présentée par Frédéric Simottel.
 
Voici quelques points saillants de leurs interventions :
 
– Selon Teoman Atayman : « Elon Musk, fort de ses 90 millions abonnés utilise déjà beaucoup cette plateforme pour communiquer. Je suis plutôt d’avis que ce n’est pas pour chercher de la rentabilité pour ses autres business qu’il se propose d’acquérir Twitter. »
 
– Benjamin Grange relève que « les Français sont paradoxalement plus choqués que les américains par le potentiel rachat de Twitter par Elon Musk, alors que la plupart des grands groupes de Média français sont entre les mains de grands capitaines d’industrie. »
 
– Émile Leclerc quant à lui ne manque pas de souligner que : « La loi française est suffisamment sévère en ce qui concerne ce qu’on peut dire dans l’espace public, je pense qu’il y a une éducation à la loi qui doit être faite. »
 
L’importance des médias sociaux en tant qu’outils d’influence, justifie un contrôle plus accru du type de contenus qui peuvent y être diffusés. Ainsi, des questions concernant la responsabilité légale et morale des réseaux de médias sociaux se posent.

 Pour la vidéo complète suivez ce lien.

Lire plus

Quelle réaction en Europe aux résultats des élections présidentielles françaises ?

Il y a un grand « soulagement » au sein des populations européennes qui redoutaient une victoire de l’extrême droite. Cependant, « la diminution de l’écart entre les votes d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen entre 2017 et 2022 est vue à la fois comme le signe d’une menace à long terme et la preuve d’un vote contestataire contre un mandat précédent », analyse Stéphanie Laurent, l’œil des réseaux pour « Vu d’Europe » et Senior Partner chez Mascaret (anciennement Dentsu Consulting).
 
« L’offre politique ne correspond pas aux demandes de plusieurs groupes de français », explique Britta Sandberg, directrice du bureau du DER SPIEGEL à Paris et invitée de l’émission. Samedi 30 avril 2022, elles étaient toutes deux présentes aux côtés de Richard Werly, correspondant de Blick à Paris, et Annick Capelle, Responsable éditoriale du pôle Europe à la RTBF, pour décrypter l’actualité post-(re)élection.

Nous dirigeons nous vers une victoire de l’extrême droite dans 5 ans ?

« C’est une victoire du projet européen qui s’est produite dimanche 24 avril 2022. » Malgré cela, certains pensent que le pire n’a pas encore été totalement évité. Nous dirigeons nous vers une victoire de l’extrême droite dans 5 ans ? Selon Richard Werly, l’œil de la Suisse sur ce plateau, la réélection d’Emmanuel Marcon n’a pas surpris les helvètes et les scores obtenus ne sont que la preuve de l’un des plus importants défis du président : la grande fracture sociale qui traverse le pays. Les Français ont l’impression de vivre moins bien que leurs voisins européens, pourtant, sur certains points, la France s’en sort mieux ! C’est le cas des pensions de retraite qui sont plus élevées qu’en Allemagne, mais ne sont pas ressenties comme tel. La question du pouvoir d’achat, accentuée par le déséquilibre économique régional, exacerbent ce sentiment de précarité faisant l’unanimité chez la grande majorité des Français.
 
Il n’y a pas que les sujets économiques qui conduisent les grands enjeux de ce second mandat. L’éducation, le système scolaire et ses disparités, la valorisation de l’apprentissage professionnel, la charge sociale, ainsi que les salaires des enseignants sont des points sur lesquels le Président de la République est très attendu.
 
Pour pouvoir suivre l’intégralité du décryptage des enjeux de cette élection vus par les européens, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

Lire plus